Portrait d'une yogini: Anne Paysac, maître Reiki


J'ai rencontré Anne tout à fait par hasard à Annecy. Elle était assise à la table d'à côté, au restaurant avec des amis. Et comme toujours, je crois aux belles rencontres. Nos conversations se sont mêlées et nous avons échangé sur le yoga. Tout de suite j'ai senti chez elle quelque chose de particuliers. Il se dégage d'Anne une belle énergie communicative, une belle lumière et surtout une paix intérieure.

Anne Paysac est maître Reiki et pratiquante de yoga. Le Reiki est une méthode de soins d'origine japonaise, fondée sur des soins dits énergétiques par imposition des mains. L'un des buts du Reiki est de soulager les souffrances, d'apporter un calme mental, une paix intérieure et un bien-être en général.

Je lui ai demandé si elle voulait bien répondre à mon petit questionnaire pour vous faire partager sa pratique du yoga. Anne s'est prêté au jeu sans hésiter. Je vous partage donc aujourd'hui, en ce beau week-end de Pâques, son expérience.

Comment es tu arrivée à prendre soin de toi?

J’ai toujours été une « aidante ». De ce fait, j’avais tendance à attirer des relations un peu toxiques (amicales, amoureuses etc.) à me faire vampiriser et à beaucoup m’oublier. Je donnais beaucoup, certainement trop, ou en tout cas, je ne me donnais
pas autant. Je recherchais l’amour à l’extérieur de moi et non en moi. Je ressentais
un mal-être qui m’a fait entamer un gros travail sur moi car je désirais me
comprendre, apprendre à m’aimer, être heureuse.

J’ai toujours été très attirée par toutes les méthodes alternatives et énergétiques
donc très naturellement le bien-être était au coeur de mes recherches. Cette recherche s’est amplifiée au cours des années et c’est suite à une séance d’hypnose que tout a commencé à se mettre en place. Très rapidement après cette séance, le reiki est entré dans ma vie et j’ai vécu un intense éveil spirituel. Le reiki m’a beaucoup apporté et m’a permis de nettoyer tout ce qui était nocif pour moi, en me recentrant sur moi, m’alignant et me focalisant sur ma mission de vie.

C’est ainsi que je me suis dirigée, après une carrière en marketing dans la
cosmétique, dans l’accompagnement en hypnose et en PNL après une formation intensive de 2 mois à NYC pendant l’été 2016. Au-delà de la préparation à une
nouvelle carrière cette formation m’a énormément enrichie et faite grandir a tous les
niveaux de mon être. Toutes les pièces du puzzle se sont assemblées. J’ai ensuite
passé mon niveau de maître reiki en Novembre à Bali ou j’ai passé 2 mois pour me
retrouver physiquement, émotionnellement et spirituellement.

C’est à ce moment aussi que le yoga est vraiment entré dans ma vie comme un

accompagnement nécessaire à mon épanouissement. J’avais déjà pratiqué mais je
n’étais pas réceptive auparavant au bienfait de cette pratique. Je n’étais pas prête.
Maintenant, je le suis. Je me suis rencontrée, j’ai appris à m’aimer, à m’accepter, à
être plus tolérante, plus douce envers moi et à vraiment prendre soin de moi.

Quelle pratique pour ton bien-être?

Ma pratique doit être remplie de moments qui me ressourcent et me font du bien
globalement, au niveau physique, émotionnel ou spirituel. Le yoga me permet cela. Il
me permet aussi d’être dans l’écoute, l’a bienveillance, l’apprentissage et les rires
aussi parfois!
Ma passion première est le voyage. J’ai beaucoup vécu à l’étranger et compte partir
d’ici peu en tour du monde. Voyager me permet de ressentir les choses encore plus
intensément, d’être dans l’ici et maintenant, d’expérimenter, de découvrir, de
rencontrer, de m’ouvrir, de m’élever. C’est essentiel à mon bien-être.
Le yoga m’offre cette évasion. Chaque cours est comme un voyage… vers moi.
J’aime être dans le mouvement et quelle que soit la pratique, il y a toujours un
nouvel enseignement, un flow différent, un rythme à découvrir, une énergie propre à
ce moment, une ouverture nouvelle vers soi.

Quel est le rituel de ta pratique?

Etant une âme nomade, je trouve ma stabilité dans l’instabilité, quand je suis en
dehors de ma zone de confort, dans le challenge et donc dans la flexibilité. Donc, Je
préfère ne pas m’attacher à un rituel. Je trouve personnellement un rituel aliénant,
limitant. Je pense que ma vraie puissance, mon potentiel est dans l’expansion, la
liberté et l’instinct. Je reste ouverte à toutes les opportunités qui peuvent se
présenter sans dépendre d’un lieu, d’une personne, d’une structure, d’une
habitude…
La première chose que j’ai apprise en yoga est que ma condition physique est
différente à chaque pratique. Ne pas avoir de rituel me permet donc de me respecter
beaucoup plus, de comprendre mes limites, de les accepter ou au contraire de me
pousser, me challenger et dans tous les cas être à mon écoute, ouverte et
bienveillante.

Qu’en retires-tu?

J’en retire une grande capacité d’adaptation. Je me sens un peu chez moi partout!
Et surtout j’en retire de nombreux enseignements, je modifie mes pratiques au gré
de mon intuition, de mes envies, de mes sensations, du moment, de l’énergie d’un
lieu, d’une personne et surtout de moi-même.
J’en retire une grande liberté, un épanouissement.

Qu’emportes-tu dans ton sac de yoga?

Le petit oiseau voyageur que je suis essaye de voyager le plus léger possible. De
plus, pour moi, la pratique du yoga rime avec simplicité et être soi. Donc j’emporte
ce que je considère être indispensable… une bouteille d’eau.

Quel est ton objet/accessoire fétiche?

A travers mes voyages, j’ai eu des connections particulières avec certains objets.
Ces connections évoluent au fur et à mesure des rencontres, des enseignements….
J’ai acquis un très joli Mala avec des améthystes à Bali que j’aime beaucoup et que
j’ai utilisé en méditation. J’ai porté aussi quelques temps un médaillon acquis dans
un ashram à Bali, avec la photo de mon guru, un grand maître spirituel qui m’a
énormément appris.
Cependant, comme les rituels, je pense qu’il est limitant de remettre une partie de
mon pouvoir dans un objet/accessoire fétiche. Je suis mon propre maître et j’ai en
moi toutes les ressources nécessaires à mon épanouissement, ma protection, mon
élévation. J’essaye au maximum de rendre accessible ces ressources à ma
conscience plutôt que d’extérioriser cela.
Ainsi, j’essaye de ne pas m’attacher à des objets, mais plutôt aux ressources que
j’aies en moi. Cependant, j’ai reçu un magnifique collier de ma grand-mère, des
années après son décès et ce bijou est très important pour moi donc si je dois en
citer un c’est celui-ci :).

Quels seraient tes conseils pour les Yoginis Tayrona?

Au début de ma pratique je ne comprenais pas que les enseignants ne m’aident pas
plus à me corriger. Ca me frustrait. Petit à petit, et surtout grâce à mes formations en
hypnose et PNL et à l’accompagnement que je propose, j’ai compris qu’un bon
enseignant n’est pas là pour me corriger, mais pour me responsabiliser, dans mon
ressenti, ma pratique, mon auto-guérison. Ainsi, ça me pousse à me recentrer,
m’aligner, être dans le moment présent pour sentir la posture, intégrer quand la
position est juste, dans mon corps. C’est le co-pilote, je suis le conducteur.

Où / comment pratiques tu?

Essentiellement dans des studios/centres de yoga ou lors de retraites pour le
moment. J’aime sentir l’énergie d’un groupe, suivre un enseignant. J’aimerais
cependant tout doucement commencer à pratiquer seule de temps en temps pour
développer une pratique plus autonome. Ca me permettra de me responsabiliser
quant à la fréquence de ma pratique que j’aimerais quotidienne. Ca m’apporterait
également plus de liberté pour pouvoir pratiquer n’importe où, même en voyage.
le yoga nomade est définitivement un yoga qui me correspond. Donc l’apparition des
applis est une excellente nouvelle pour moi :)!

Quel est ton mantra/ phrase fétiche?

C’est un mantra que j’ai découvert il y a peu de temps par une amie et qui depuis
m’accompagne quotidiennement. C’est un puissant mantra de guérison.

Le mantra du Bouddha de la Médecine
Tayata
OM Bekandze Bekandze
Maha Bekandze
Radza Samudgate Soha
Puissent les innombrables malades
être rapidement libérés de la maladie
et puissent toutes les maladies des êtres
disparaître à jamais


Laissez un commentaire