Portrait d'une Yogini nomade: Anouk Vinet

décembre 16, 2017

Anouk Vinet - Tayrona Yoga

Anouk Vinet est une professeur belle comme une étoile. Son sourire, sa gentillesse, sa simplicité irradient toutes les personnes qu'elle rencontre. Elle a quitté l'effervescence parisienne pour Hossegor et aujourd'hui avec son mari surfeur, elle parcourt le monde pour découvrir les plus belles vagues du monde et le surf. Toujours entre deux lieux, elle reste bien ancrée. La pratique du yoga, une alimentation saine et la méditation sont ses rites quotidiens. 

C’est tout naturellement que je lui ai posé quelques questions personnelles sur sa pratique du yoga que je partage avec vous aujourd’hui.

Comment es tu arrivée à prendre soin de toi?

C’est intéressant de voir que l’on prend facilement soin des autres, de ceux qu’on aime mais moins de nous. Des soucis de santé ces dernières années ont été le déclenchement de cette prise de conscience. N’attendez pas un pépin pour vous écouter et vous chouchouter. Vous mériter autant que vos proches.

Quelle pratique pour ton bien-être?

Yoga et méditation chaque jour. La durée peut variée selon les aléas mais bouger mon corps et apaiser « le singe fou » dans ma tête c’est comme se brosser les dents matin et soir.

Quel est le rituel de ta pratique?

Je n’ai plus vraiment de chez moi depuis 2 ans donc je n’ai pas vraiment de rituel, quoique je commence toujours par des salutations au soleil (A et B) et entre les 2 uddiyana bandha ; (c’est un rituel avec une de mes profs d’ashatanga yoga a Hawaii)
Et toujours une méditation avant ou après la pratique selon ma forme.

Quels seraient tes conseils pour les Yoginis Tayrona?

Suivre les mouvements incessant de la vie. Tout bouge autour de nous, tout le temps. C’est angoissant parfois mais je crois qu’il faut embrasser ces changements, monter sur leur dos et voir où ils nous emmènent, comme un tapis volant. Résister aux changements qu’impose la vie c'est se créer beaucoup de souffrance! Pas facile je vous l’accorde!

Qu’en retires-tu?

Instantanément ça met une distance avec tout ce qu’il y a autour de moi, comme si j’étais dans un sas de décompression. Les idées et émotions deviennent plus claires. Ce sas me permet aussi de connecter avec les plaisirs simples que l’on oublie comme un doux rayon de soleil par la fenêtre ou même le bruit de la pluie, la sensation du corps détendu après une activité physique….

Qu’emportes-tu dans ton sac de yoga?

J’ai besoin de pratiquer dans des vêtements agréables, je suis très sensible aux matières, j’ai toujours une tenue douce et cocooning... (Yoga Searcher).

Quel est ton objet/accessoire fétiche?

Mon foulard! À la fin d’une séance j’adore m’enrouler dans mon foulard, soit comme un châle soit étendu sur tout mon corps de la tête aux pieds.

Où / comment pratiques tu?

J’ai beaucoup bougé ces 2 dernières années donc je pratiquais où je pouvais, pas d’excuse, dans la chambre d’hôtel ou Airbnb, dans des studios parfois, dehors en forêt… Et médiation pareil, parfois même assise en tailleur dans le train ou l’avion. Dernièrement en voiture pendant un week-end famille.

Quel est ton mantra/ phrase fétiche?

Je l’ai découvert cet hiver et je l’adore

« We don’t know enough to hope of worry »

Terence Mckenna

(Nous ne savons pas assez pour espérer ou s’inquiéter.)

 


Laisser un commentaire

Inscrivez-vous à notre newsletter